• Laura Herman & Charlotte Dumoncel d'Argence © Tina Herbots

EUROPALIA CURATOR'S AWARD Natural Capital

Description
Informations

Bruxelles

Lieu et dates TBC

Plus d'info

Adresse

Curateurs Laura Herman & Charlotte Dumoncel d’Argence
Artistes Martin Belou, Rachel Monosov & Adrien Vermont

Pour sa deuxième édition, l’EUROPALIA CURATOR’S AWARD offre à des curateurs émergents les moyens de développer un ambitieux projet sur la biodiversité en Indonésie. Suite à un appel à projets, un jury a retenu Natural Capital de Laura Herman et Charlotte Dumoncel d’Argence. Lors d’une résidence en Indonésie, elles vont travailler en collaboration avec trois artistes de leur choix, Martin Belou, Rachel Monosov et Adrien Vermont. Avant leur départ, nous avons demandé aux curatrices d’expliquer dix concepts actuels ayant trait à la biodiversité.

1 Écologie

Le terme écologie a été inventé en 1866 par le biologiste et artiste Ernst Haeckel, combinant le mots grecs oikos (ménage et économie) et logos (étude de). économie) et logos (étude de). Selon T. J. Demos, cette vision de la relation entre les espèces et l’environnement a coïncidé avec l’élaboration d’une compréhension rationalisante, extractive et dissociative des relations expérientielles entre les hommes, les plantes et les animaux. Comment peut-on agir contre cette dissociation quand on parle de la nature ?

2 Biodiversité

Le terme biodiversité a été inventé en 1968 par Walter G. Rosen et adopté par la communauté scientifique. Depuis lors, le contenu du mot n’a cessé de changer pour communiquer différents messages comme la perte (de la biodiversité), l’amour (de la nature), le besoin (valeur économique) et l’action (contre-mesures). A présent, quels sont les messages qui restent sous-représentés et comment peut-on les communiquer ?

3. Diversité bioculturelle

La diversité bioculturelle est un terme qui décrit les intersections entre la diversité culturelle et biologique. Il souligne les liens, par exemple, entre des forêts tropicales et des cérémonies de mariage, des espèces de papillons et un vocabulaire perdu. Comment les artistes peuvent-ils s’engager dans ces croisements entre nature, corps, langues et cultures indigènes ? 

4. Écolinguistique

L’écolinguistique explore le rôle du langage dans les interactions au sein d’un milieu de vie entre les humains, les autres espèces et l’environnement physique. Comment les artistes peuvent-ils apprendre de ces langues et de ces types d’interactions ?

5. Hotspot de biodiversité

Un hotspot de biodiversité est une zone qui abrite un grand nombre d’espèces rares ou en voie de disparition et qui reçoit donc un statut de protection. Quel est le rôle de la culture indigène dans la protection et la prise en charge de ces hotspots.

6. Pensée archipélique

Pensée archipélique est une phrase qui décrit la poétique du théoricien Edouard Glissant. L’archipel est simultanément une collection d’îles et une unité. Comment pouvons-nous faire la médiation d’une expérience de l’archipel indonésien tout en tenant compte de sa diversité ?

7. Spécisme

Le spécisme est un terme inventé par Peter Singer en 1975 pour décrire la discrimination à l’encontre des espèces vivantes non-humaines. Les artistes peuvent-ils sensibiliser le public au spécisme, à l’anthropocentrisme et à la violence contre les mondes non-humains ?

8. Irl-ploration / url-ploration

Irl-ploration / url-ploration décrit le processus d’observer et de découvrir un sujet dans la vie réelle (in real life, IRL), en opposition à ce même processus virtuel et filtré par un navigateur (URL). Que pouvons-nous apprendre de la confrontation entre notre irl-ploration et url-ploration de l’archipel indonésien ?

9. Taxonoreflex 

Le taxonoreflex est la tendance à classer la biodiversité afin de simplifier et d’ordonner l’immense diversité de la vie en taxonomies, espèces ou unités de données cohérentes. Peut-être que l’espèce n’est plus une unité pertinente pour parler de la vie terrestre ?

10. Fictidiation 

La fictidiation intègre une forme de pensée qui traverse des axes de la culture populaire, du langage, des récits, des traditions et de l’éducation afin de générer de nouveaux scénarios et de proposer de nouveaux modes de médiation. Comment les histoires, les légendes et les rumeurs vont-ils à l’encontre des formes hégémoniques du savoir et de la communication ?