• Garin Nugroho, Still opera Jawa © SET Film Production and New Crown Hope
  • Garin Nugroho, Still opera Jawa © SET Film Production and New Crown Hope
  • Rainbow Troops, syahdan and lintang © Miles Films and Mizan Productions
  • Rainbow Troops, ikal riding bike with lintang © Miles Films and Mizan Productions
  • The Dreamer, Ikal & Arai running away from Mr. Mustar © Miles Films and Mizan Productions
  • Lovely man © Iyas Lawrence

Le cinéma contemporain indonésien

Description
Informations

Curateur Nan Achnas
Assistant Curateur Meninaputri Wismurti

L’évincement du Président Suharto en 1998 marqua le début d’une ère de réforme en Indonésie, avec les promesses d’une nouvelle liberté d’expression et de créativité. Le cinéma indonésien entra dans une phase de transition, à la recherche d’un équilibre après de nombreuses années tumultueuses sur les plans socio-économique et politique.

La crise économique asiatique de 1997 explique pourquoi seuls quelques films furent produits dans les années qui suivirent, comme Kuldesak (1998), Leaf on the Pillow (1998), Sri (1999) et Telegram (1999). Malgré les limites budgétaires, la fin des troubles politiques suffit à donner un nouvel élan de créativité à la production cinématographique nationale. Une nouvelle génération de réalisateurs, producteurs et techniciens vit le jour, bâtissant les solides fondations sur lesquelles le cinéma indonésien put se reconstruire. 

Le cinéma mainstream connut rapidement un énorme succès auprès du public indonésien, particulièrement les films d’arts martiaux (silat) comme The Raid (2011). Les festivals du monde entier ne tardèrent pas a découvrir le cinéma d’auteur indonésien et ses nombreux représentants, tels que Garin Nugroho, Riri Riza, Edwin et Mouly Surya. Plusieurs chefs-d'œuvres produits à cette époque reçurent une très grande visibilité internationale, comme What They Don't Talk About When They Talk About Love et Postcards from the Zoo.

Le mouvement réformiste donna naissance à plusieurs nouveaux courants. Le réveil de la conscience populaire et la restauration de la foi en l’humanité - tout deux longtemps aliénées par le régime autoritaire - devinrent des thématiques  majeures. Le cinéma religieux naquit sur ce terreau avec des films superbes comme Pesantren: 3 Wishes 3 Loves (2008) et ? (2011).

INDONESIAN FILM FESTIVAL - 09 01 '18 > 23 01 '18

En janvier, le Vendôme (Bruxelles) accueille une grande rétrospective du cinéma indonésien des vingt dernières années, avec pas moins de 51 films et 10 invités de marque. Le film d’ouverture sera présenté à BOZAR en présence du réalisateur Garin Nugroho.