•  © Jérôme Lateur

Historique

2015 Turkey

> Archives du programme

Sous le Haut Patronage du Président de la République de Turquie et de Sa Majesté le Roi des Belges.

Pour cette édition 472 517 visiteurs ont mis le cap sur la Turquie carrefour des cultures d’Asie et d’Europe. 
Pendant 118 jours ce sont toutes les facettes de ce pays multiple et fascinant qui ont été mises à l’honneur dans 44 villes belges et limitrophes
EUROPALIA, 127 partenaires culturels604 artistes & experts vous ont présenté 20 expositions dévoilant des pièces d’exception venues des plus grands musées turcs,248 événements parmi lesquels le fleuron des arts contemporains, des danses traditionnelles et contemporaines, des co-créations, de la musique classique à la musique électronique, des événements littéraires, un focus cinéma…

Highlights

Anatolia proposait plus de 200 œuvres d'art exceptionnelles issues de 40 musées turcs ; Imagine Istanbul présentait le grand maître de la photographie Ara Güler au public belge et Istanbul - Anvers. Deux Ports. Deux villes. au MAS illustrait brillamment les parallèles entre ces deux villes portuaires. 

Jef Neve and NOHlab – BaBa ZuLa – Okay Temiz & Belgistan – Mustafa Özkent & Belçika Orkestrasi – Christian Rizzo – Ziya Azazi – Nuri Bilge Ceylan – Hakan Günday – Spectacular Translation Machine – 22 résidences...



Top

2013 India

> Archives du programme

Sous le Haut Patronage du président de la République de l’Inde Pranab Mukherjee et de Sa Majesté le Roi des Belges. 

509 événements: 30 expositions, 97 concerts, 32 spectacles de danse, 24 représentations théâtrales, 136 séances de cinéma, 29 rencontres littéraires et 161 conférences, workshops et événements dans les bibliothèques et campus. Le festival attira 837.000 visiteurs

Les 30 expositions de ce festival, disséminées dans toute la Belgique et abordant des thèmes variés allant du sari à l’architecture, en passant par Bollywood, le design, le Sanscrit, le Ramayana, d’exceptionnelles photos du XIXe siècle,…  ont permis de montrer aussi bien des trésors de l’Inde ancienne que de nouvelles œuvres passionnantes, développées par de jeunes artistes à l’occasion du festival. Les deux projets phare se sont traditionnellement tenus au Palais des Beaux-Arts. ‘Corps de l’Inde’ proposait, à travers la perception indienne du corps, un aperçu unique de la culture et des traditions de l’Inde au cours des siècles. ‘Indomania, de Rembrandt aux Beatles’ montrait quant à elle le regard posé sur l’Inde par les Occidentaux, de Vasco de Gama à aujourd’hui. À Liège, un parcours d’artistes contemporains abordait la thématique de l’eau par le biais de photographies, vidéos et installations. 

Les arts de la scène reflétaient la diversité de l’Inde, présentant un envoûtant florilège des danses rituelles, sacrées, folkloriques, contemporaines et du théâtre de marionnettes indiens, présenté par des artistes comme ‘Leela Samson’,  ‘Kapila Venu’, ‘Alarmel Valli’, ‘Revanta Sarabhai’, ‘Attakkalari’ et bien d’autres.

Le programme musical présentait lui aussi un large éventail allant de la musique sacrée, carnatique et hindoustanie à la musique du monde, fusion, expérimentale ou électronique. Citons en autres ‘Adivasi Sidi Dhamal Goma Party’, ‘Meeta Pandit’, ‘Chassol’, ‘ Madhup Mudgal’, DJ’s’Andy Votel’, … ainsi que de nombreux concerts croisés entre maîtres indiens et musiciens belges ou internationaux: Zakir Hussain et John Mc Laughlin avec le projet ‘Remember Shakti’; Chitraveena Ravikiran et Roland Van Campenhout, Ionah trio, qui s’accompagna de la danseuse Yentl De Werdt et Tuur Florizoone qui joua avec Trilok Gurtu, ...

Le cinéma indien trouva bien évidemment sa place dans ce festival, fêtant par ailleurs en 2013 son 100e anniversaire.  Rétrospectives, événements thématiques, premières belges, un mini-festival Flageywood qui réunit plusieurs disciplines autour du cinéma dont une exposition du photographe Max Pinckers, des concerts, des ateliers et une rencontre avec le réalisateurs Anurag Kashyap venu présenter son nouveau film ‘Ugly’.

Pour le volet littéraire, europalia.india a mis à l’honneur plusieurs auteurs indiens grâce à des rencontres, publications et lectures, ainsi que des résidences. Le festival a accueilli notamment les auteurs éminents Abha Dawesar, Jeet Thayil, Vikas Swarup et Manu Joseph.

Le festival ne se cloisonna pas aux salles de spectacles et musées : de nombreuses institutions et partenaires, dont des universités ; ont organisé des conférences et des ateliers sur des thèmes variés permettant au public d’expérimenter plus personnellement divers aspects de la culture indienne. Les bibliothèques se chargèrent quant à elles de diffuser l’engouement indien d’europalia.india aux quatre coins de la Belgique en organisant conférences, ateliers, lectures,…

Top

2011 Brasil

europalia.brasil

Sous le Haut Patronage du Président de la République Fédérative du Brésil et de Sa Majesté le Roi des Belges.

463 événements : 24 expositions, 137 concerts, 105 rencontres littéraires et conférences, 62 spectacles de danse, 31 représentations théâtrales, 4 spectacles de cirque, plus de 100 séances de cinéma et attira 913.000 visiteurs.

Des expositions originales ont présentées un Brésil méconnu. Les expositions phares Brasil.Brasil et Art in Brazil donnaient un aperçu sur l’évolution de 3 siècles d’histoire de l’art brésilien, illustrées d’œuvres d’art qui impressionnèrent même les Brésiliens. Índios no Brasil plongeait le visiteur dans l’univers des Indiens, Terra Brasilis offrait un voyage coloré et enrichissant à travers la faune et la flore brésilienne et A Rua mettait l’art contemporain de Rio aux avant-postes. Parmi les autres expositions europalia.brasil, de nombreux thèmes étaient abordés comme le design, le carnaval, la culture afro-brésilienne, l’architecture, la photographie, ...

Le festival a permis de découvrir l’immense richesse musicale du Brésil. Parmi les différents genres musicaux présentés on pouvait entendre de la samba, du choro, du forró, du coco, de la MPB (Musique Populaire brésilienne), de la musique traditionnelle, contemporaine, électronique ou expérimentale. Les artistes venus des quatre coins du Brésil (Bahia, Alagos, Porto Alegre, Pernambuco, Brasília, Paraíba, Ceará mais aussi Sao Paulo et Rio de Janeiro) ont donné le meilleur d’eux-mêmes à chaque concert.

Europalia a réuni à travers de nombreuses ‘Encontros’ des artistes brésiliens et belges. On retiendra en particulier l’Orchestre National de Belgique vs Roberto Minczuk Yamandu & Costa, Cidadão Instigado vs Mauro Pawlowski, DJ Tudo vs Steven De Bruyn et la magnifique rencontre de Toots Thielemans avec ses amis brésiliens.

La vitalité et la passion brésilienne ont été illustrées dans de nombreux spectacles de danse : Europalia a offert une scène à de grands noms tels que Grupo Corpo, Bale Folklorique de Bahia, Mimulus, Lia Rodrigues et ses danseurs des favelas de Rio de Janeiro ainsi que bien d’autres… une performance étonnante et inhabituelle fut celle des Indiens Mehinaku qui ont partagé leurs rituels avec le public.

A côté de cela, le public a pu assister à plus de 105 événements littéraires et conférences.

Les représentations théâtrales comme le surprenant As Bacantes de Zé Celso, ou les grands classiques revisités comme ‘La Mouette’ de Enrique Diaz ou ‘O Idiota’ de Cibele Forjaz ont été fort appréciées par un large public.

Au club.brasil, le centre du festival situé sur le Mont des Arts, on pouvait déguster des snacks brésiliens et siroter les si délicieux cocktails brésiliens, mais surtout profiter toutes les semaines pendant 4 mois de concerts gratuits, de cours de danse ou tester ses talents au cours d’ateliers d’artisanat. D’autres événements brésiliens furent également organisés dans des bibliothèques, des restaurants et des bars à travers tout le pays.


Top

2009 China

L’édition 2009 du festival Europalia a été placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi des Belges et du Président de la République populaire de Chine.

567 événements : 48 expositions, 100 concerts, 188 rencontres littéraires et colloques, 28 spectacles de danse, 57 représentations théâtrales et 146 séances de cinéma, ce festival a attiré 1.101.175 visiteurs et spectateurs.

Une Maison de thé europalia.china a tenu ses quartiers au pied du Mont des Arts à Bruxelles. Centre d’information et cœur battant du festival, mais aussi point de départ du parcours d’artistes « China in Town », la Maison de Thé a également permis au public de découvrir l’art du thé, de goûter à des spécialités chinoises et de participer à divers ateliers culturels : calligraphie, contes chinois, tai chi, papier découpé, qi gong, aquarelle ou encore peinture sur soie.

Afin de donner des clefs de lecture au public et de structurer le programme, les événements étaient répartis en quatre grands thèmes : la Chine éternelle, la Chine contemporaine, la Chine en couleurs et la Chine et le monde.

Le festival a offert une image extrêmement diversifiée de la Chine, présentant autant l’art populaire –théâtre de marionnettes, masques, thé, … – que le patrimoine national et l’art contemporain.

Parmi les cinq expositions phares, « Fils du ciel » présentait au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles quelques 250 chefs-d’œuvre –dont une moitié n’était encore jamais sortis de Chine- témoignant de l’exercice du pouvoir et des rituels de plus de 200 ’fils du ciel’. « La Route de la soie », aux Musées royaux d’Art et d’Histoire, retraçait le parcours de la célèbre route du même nom, de Chang’An à Kashgar. L’exposition « Les trois rêves du mandarin », à l’Espace Culturel ING, permettait de découvrir la face poétique et privée des lettrés en Chine ; et « Le Pavillon des Orchidées » offrait un aperçu de l’art millénaire mais toujours bien vivant de la calligraphie ; enfin, « The State of Things » présentait un échantillon de l’art contemporain chinois en dialogue avec des artistes belges.

Le festival a fait la part belle à l’opéra chinois en le montrant sous toutes ses coutures : du traditionnel au contemporain, on a pu ainsi voir et écouter “TANG Xianzu’s Dream On Dreams”, “The Legend of the White Serpent”, “Héroïnes chinoises, une trilogie” et “Living Memories : one man operas”.

A l’honneur également la musique, la danse et le théâtre et parmi les centaines d’événements on retiendra en particulier “Eastern voices” et sa palette de voix des minorités, l’envoûtante “GONG Linna”, “LIU Sola” et sa bande, le “Hong Kong Chinese Orchestra ensemble” et ses instruments traditionnels, le “Hanggai Band” aux sonorités mongoles et touches contemporaines, la musique de demain avec “China Express – Sounds of the Underground”, le LIN Zhaohua Theatre Studio et ses spectacles “Hamlet” & “Parodie” et la “Guangdong modern Dance Company” avec son époustouflant spectacle “Upon Calligraphy”.

Le théâtre de marionnettes a lui aussi été présenté dans toute sa diversité : théâtre d’ombres, marionnettes à main, à ficelles ou à bâton ont fait la joie des petits et des grands tout comme l’incontournable danse du lion qui a animé les rues de Bruxelles ou d’Anvers grâce au “Shenzhen Lion Dance Group”.

N’oublions pas les rencontres littéraire avec “SU Tong” et “MO Yan”, occasions précieuses de nouer un dialogue avec ces auteurs.Non moins impressionnants furent les acrobates de la “China National Acrobatic Troupe", qui clôturèrent en beauté le festival.


Top

2007 Europa

Sous le Haut Patronage de 22 Chefs d’Etat, du président du Parlement européen Hans-Gert Pöttering, du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, ainsi que de Sa Majesté le Roi des Belges.

266 événements : 11 expositions, 51 concerts, 87 spectacles de danse et de théâtre, 81 films, 29 conférences et débats, ainsi que 25 événements ‘jeunes’. Il attira 621 991 visiteurs et spectateurs.

Un des joyaux du programme fut l’exposition « Le Grand Atelier », organisée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, qui réunit plus de 350 œuvres issues de 22 pays européens. A la fin de l’exposition était diffusé le film 27x27x27, rassemblant 27 interviews de 27 grands artistes contemporains originaires de tous les pays membres. Le parcours « Agorafolly » donna à 27 jeunes artistes contemporains l’occasion d’exprimer leur vision de l’Europe de demain par des créations disposées dans diverses places de la Ville de Bruxelles.

Enfin, une dizaine d’autres expositions autour du thème de l’Europe furent organisées par différents partenaires d’Europalia. Musique, danse et théâtre furent également mises à l’honneur à l’occasion de 255 manifestations apportées par les différents pays membres. On se souviendra entre autres de l’interprétation de l’œuvre de Samuel Beckett par l’acteur irlandais Barry McGovern, du spectacle de danse « Schritte Verfolgen » dirigé par la chorégraphe allemande Susanne Linke, du concert de jazz roumain par Anca Parghel et Emy Dragoi, ou encore du magnifique concert de l’Ensemble baroque slovaque Solamente Naturali sous la direction de Milos Valent.


Top

2005 Russia

Sous le Haut Patronage du Président de la Fédération de Russie et de Sa Majesté le Roi des Belges.

476 événements : 22 expositions, 132 concerts, 46 rencontres littéraires et colloques, 7 spectacles de danse, 49 représentations théâtrales et 243 séances de cinéma et attira 1.108.899 visiteurs et spectateurs.

Des trois expositions majeures, deux ont été organisées au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles "La Russie à l’Avant-garde" et "Du tsar à l’empereur" et la troisième aux Musées royaux d’Art et d’Histoire "Le Transsibérien". Les expositions "Fabergé. Joaillier des Romanov", "L’idéalisme soviétique", "Le Symbolisme russe" et "Angels of History (1985-2005)" présentaient d’autres aspects du patrimoine artistique russe. Les thèmes de la mode, l’architecture et la photographie étaient également abordés.

Europalia réitèra – à travers les parcours "Promenade Russe" et "Brussie" – diverses animations artistiques et expositions de jeunes artistes dans les rues de Bruxelles. Dans le volet musical du programme, le Théâtre de Mariinsky de Saint-Pétersbourg sous la baguette de Valery Gergiev, le jeune Orchestre National de Russie dirigé par son fondateur, l’incomparable pianiste Mikhaïl Pletnev, les solistes de Moscou sous la direction de Yuri Bashmet, le Musica Viva de Moscou, le Choir Art Academy de Moscou dirigé par Viktor Popov et, enfin, la violoniste, Anastasia Cheboreva, le violoncelliste Alexander Rudin et le magicien du piano forte, Alexeï Lioubimov firent rêver au plus fort les mégalomanes tant amateurs qu’avertis.

Différents colloques ont été organisés, entre autres, les relations Russie-Europe, l’émigration et l’avant-garde. Des rétrospectives offertes par différents films (d’animation) russes contemporaines ravissaient les cinéphiles.

Pour illustrer les arts de la scène, de grands noms comme Piotr Fomenko, Lev Dodin, Anatoli Vassiliev, Declan Donnellan, Yevgueni Grichkovets et The Playwright and Director Center présentèrent des pièces classiques et contemporaines. Place également aux enfants grâce au théâtre de marionnettes russe. Les danseurs étoile du Théâtre de Bolchoï clôturèrent le festival.


Top

2003 Italia

Sous le Haut Patronage du Président de la République italienne et de Sa Majesté le Roi des Belges.

415 événements : 33 expositions, 139 concerts, 243 rencontres littéraires,spectacles de danse, représentations théâtrales et séances cinématographiques et attira 1.077.906 visiteurs et spectateurs.

Le programme expositions couvrait les principales périodes de l’histoire de l’art italien, de l’antiquité à l’art contemporain : "Une Renaissance singulière. La cour des Este à Ferrare", "Vénus dévoilée.La Vénus d’Urbino du Titien",« Da Pompei a Roma" , "Giotto et l’art à Padoue au XIV e siècle. La chapelle des Scrovegni ", "Maestri. Design italiano. Collezione permanente. Triennale di Milano », etc

Dans le volet musical du programme l’Orchestre de la « Scala de Milan », l’Orchestra Filarmonica « Giuseppe Verdi », la mezzo-soprano Cecilia Bartoli et le spectacle populaire napolitain de la Cappella della Pietà de Turchini constituaient les points forts. Au total europalia.italia a présenté 7 pièces de théâtre allant de la Commedia dell’arte à des spectacles contemporains.

La participation au programme de personnalités médiatiques de la culture italienne tels Umberto Eco (littérature) ou Claudia Cardinale (cinéma), a contribué au prestige, à l’originalité et au succès du festival.

Top

2002 Bulgaria

Sous le Haut Patronage du Président de la République de Bulgarie et de Sa Majesté le Roi des Belges.

136 événements : 5 expositions, 111 concerts, 4 rencontres littéraires, 20 spectacles de danse, 9 représentations théâtrales, 7 séances cinématographiques et attira 375.000 visiteurs et spectateurs.

Les trois expositions phares furent « L’Or des Thraces », « Icônes et manuscrits bulgares » et « Face à face. Mystères de la vie ». Les traditions populaires étaient très présentes dans le programme musical et de danse.

Top

2001 Polska

Sous le Haut Patronage du Président de la République de Pologne et Sa Majesté le Roi des Belges.

241 événements :  11 expositions, 116 concerts, 23 conférences littéraires, 3 spectacles de danse, 8 représentations théâtrales, 80 séances cinématographiques et a été suivi par 137.720 visiteurs et spectateurs.

L’exposition principale du festival « L’Avant-Printemps. Pologne 1880-1920 » présenta 175 oeuvres illustrant le changement de mentalité qui se manifestait à cette époque et qui annonçait l’indépendance retrouvée en 1918. Les musées de Gent et Ixelles montrèrent une partie de la collection du Muzeum Sztuki de ¸ódê. D’autres expositions eurent lieu à La Louvière, Liège, Bruxelles, Eupen et Mons.

Au programme musical figuraient aussi bien des orchestres symphoniques, des solistes, des ensembles vocaux, des choeurs que des ensembles folk. Mentionnons e.a. : Sinfonia Varsovia, Piotr Palczny, Ewa Poblocka, Il Tempo, Ars Nova, Zespol Polski et Kroke Klezmer Acoustic Music. L’ensemble de chant et de danses folkloriques Mazowsze connu beaucoup de succès lors de ses trois représentations. Des films d’Andrzej Wajda, Roman Polanski, Kawalerowicz et d’autres cinéastes furent projetés dans des salles de cinéma à Bruxelles, Leuven, Hasselt, Liège, Namur, etc.

Top

2000 Bruxelles, carrefour de cultures

Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi des Belges.

Le festival a présenté pendant deux mois une exposition visitée par 36.393 visiteurs.

Cette exposition a été organisée dans le cadre du projet « Bruxelles, ville européenne de la culture de l’an 2000 ». Elle a évoqué deux cents ans d’histoire culturelle bruxelloise a travers 250 oeuvres importantes d’artistes belges et étrangers, qui ont créé ou exposé à Bruxelles. Un deuxième parcours a situé le contexte historique et social à l’aide de documents, photos, portraits, textes, films, etc. Les documents avaient principalement trait à la littérature, l’architecture, la danse et la musique.

Top

1999 Hungaria

Sous le Haut Patronage du Président de la République de Hongrie et de Sa Majesté le Roi des Belges.

169 événements : 8 expositions, 114 concerts, 5 spectacles de danse, 16 représentations théâtrales, 17 séances cinématographiques et 9 littéraires et a été suivi par 109.000 visiteurs et spectateurs.

L’exposition principale au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, « Hungaria Regia » , présentait les points marquants du passé hongrois. A cette occasion, une quarantaine de collections ecclésiastiques et de musées hongrois ont prêté des oeuvres majeures.

Sept autres expositions organisées à Bruxelles mais également à Mons et Anvers étaient consacrées à la « Splendeur de l’armurerie hongroise », « l’Avant-garde hongroise », « 1000 ans de monnaies hongroises » et « Menyhért Tóth ». L’exposition « Made in Hungary » proposait une rétrospective des photographes hongrois qui ont quitté leur pays natal et ceux qui y sont restés. « La Liberté » était une exposition qui abordait le thème de la révolution hongroise de 1956. Enfin, l’exposition « Souplesses hongroises » s’intéressait à la tapisserie hongroise contemporaine.

Le festival a permis de découvrir des traditions musicales populaires extrêmement riches au travers des oeuvres de compositeurs comme Liszt, Kodály et Bartók.

Ligeti, Kurtág et Eötvös représentaient la musique contemporaine. Des célébrités comme Iván Fischer, Zoltán Kocsis, Tamás Vásáry, l’ensemble Muzsikás avec Márta Sebestyén, et bien d’autres ont séduit le public belge.

Le célèbre Théâtre de marionnettes de Budapest ou encore le savoureux Mikropodium ont permis de découvrir quelques-unes des plus belles créations hongroises.

L’Ensemble Honvéd, l’Ensemble Timar Kamara, la Compagnie Szeged ou encore le Sofa Trio ont présenté les tendances dans le domaine de la danse.

Top

1998 Ceska Republika

Sous le Haut Patronage du Président de la République Tchèque et de Sa Majesté le Roi des Belges.

166 événements : 6 expositions, 106 concerts et ballets, 50 représentations théâtrales, 3 colloques, une rétrospective cinématographique et a été suivi par 176.491 visiteurs et spectateurs.

L’exposition centrale, « Prague Art Nouveau. Métamorphoses d’un style » était l’une des manifestations les plus importantes jamais consacrée à l’art tchèque du début de ce siècle. « L’art gothique tardif en Bohème, Moravie et Silésie 1400-1550 » a offert un riche aperçu de la production artistique du gothique tardif issue des trois régions historiques qui forment l’actuelle République tchèque. D’autres expositions étaient consacrées aux « Bijoux de Bohème », « Frantisek Kupka ou la naissance de l’abstraction », « Frantisek Drtikol, Josef Sudek », « Prague en couleur. Aquarelles et gravures du XIXème siècle ».

Le programme musical présentait de nombreux concerts de musique baroque et contemporaine. Les oeuvres de quatre grands compositeurs tchèques, Janácek, Dvorák, Smetana et Martinu ont été jouées abondamment.

Grâce aux frères Forman, les fameux marionnettistes tchèques, le volet théâtral a présenté beaucoup d’originalité. Avec leur « Baraque » et « l’Opéra Baroque », un monde magique s’est ouvert au public.

Pour la danse, un hommage exceptionnel a été rendu à Jirí Kylián, chorégraphe tchèque de réputation internationale, qui anime depuis 20 ans le Nederlands Dans Theater. Le spectacle Kylian donné à la Monnaie a laissé aux nombreux spectateurs enthousiastes, une impression inoubliable.

Top

1996 Horta

Sous le Haut Patronage de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

Le Festival a présenté : 1 exposition et 58 spectacles de danse, musique et théâtre et a été suivi par 143.966 visiteurs et spectateurs.

Pour la première fois, une grande rétrospective fut consacrée à l’architecte belge Victor Horta. Cette exposition offrait un parcours complet à travers son oeuvre : photographies, prises de vue aériennes, esquisses, plans, reconstitutions d’intérieurs, vestiges de construction, objets et meubles. Le clou de fut incontestablement les trois maquettes de la Maison du Peuple, de l’Hôtel Aubecq et du Palais des Beaux-Arts.

Dans le cadre de cette exposition une série de manifestations ont été organisées en hommage aux années 20-30.

Des concerts ont fait revivre l’esprit d’époque : Stravinsky, Prokofiev, Bartók, Roussel, Hindemith, etc. ainsi que le jazz qui connut dans les années 20 sa grande percée.

Pour le théâtre, la pièce « Les Indifférents » de Odilon-Jean Perier fut présentée dans une nouvelle mise en scène et décor d’époque.

Un programme de cinéma, couvrant les premières années d’activité du Palais des Beaux-Arts, abordait les dernières productions muettes et autres chef-d’oeuvres des années 30 : von Stroheim, Flaherty, Feyder, Chaplin,... ainsi que le cinéma documentaire de la même époque (Storck, Haesaert ...) et le film de René Clair.

Top

1993 Mexico

Sous le patronage du Président des Etats-Unis du Mexique et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

333 événements : 14 expositions, 84 concerts, 8 représentations de ballets, 22 représentations théâtrales, 17 événements littéraires et colloques, 187 films, 9 animations traditionnelles populaires et a été suivi par 1.178.621 visiteurs et spectateurs.

L’exposition centrale, « L’Aigle et le Soleil » regroupait les points forts de trente siècles d’art mexicain. « Métropoles Mayas » donnait une image actualisée des civilisations mayas, basée sur les développements les plus récents de la recherche archéologique. Ces deux expositions rencontrèrent un succès public très important.

D’autres expositions étaient consacrées à : « Frida Kahlo », « Les Muralistes mexicains », « La Mort en Fête » et ses traditions populaires, « Le costume mexicain », « Mobilier funéraire des Zapotèques et des Mixtèques »,...

Le programme musical s’articulait autour de deux thèmes principaux : la musique écrite baroque romantique et du XXème siècle et la musique populaire, si vivante au Mexique. A mentionner, les créations en Belgique, telles que « Música para piel y palanga » concerto pour percussion de Javier Alvarez ou « Septet » de Conlon Nancarrow, la participation de l’Orquesta Sinfónica de Xalapa et le concert de Gala de Plácido Domingo.

L’une des femmes de théâtre les plus inventives du moment, Jesusa Rodriguez présenta « Cielo de Abajo ».

D’autres événements majeurs furent les rencontres avec les grands écrivains Octavio Paz et Carlos Fuentes, la tournée du « Ballet Folklórico de la Universidad de Guadalajara », la richesse du cinéma mexicain et la vivacité des traditions populaires.

Top

1991 Portugal

Sous le Haut Patronage du Président de la République Portugaise et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

594 événements : 20 expositions, 159 concerts et ballets, 21 représentations théâtrales, 27 manifestations littéraires et colloques, 276 séances de cinéma et 91 animations et a été suivi par 1.238.704 visiteurs et spectateurs.

Parmi les expositions les plus importantes, « Triomphe du Baroque » mettait en scène les fabuleuses richesses du 18ème siècle portugais. « Feitorias, L’art au Portugal au temps des Grandes Découvertes » illustrait l’influence des artistes européens, et particulièrement des Primitifs flamands, sur l’art portugais et « Les Mécanismes du Génie » dévoilait une collection unique d’instruments scientifiques des 18ème et 19ème siècles de l’Université de Coimbra.

Le thème des voyages et des grandes découvertes portugais fut tout spécialement développé tout au long du festival, en expositions comme en colloques.

Au chapitre musical, la part belle fut faite à la guitare portugaise et au fado. Quant au groupe pop « Madredeus », ses concerts à Europalia furent le point de départ d’une percée internationale. La compagnie O Bando apporta avec « Bichos », d’après les contes de Miguel Torga, une mise en scène théâtrale très originale.

L’écrivain-poète Fernando Pessoa fut une des figures centrales du festival avec une exposition, une lecture de son « Ode Maritime » par Luis Miguel Cintra, des films, des rencontres littéraires... De même que le cinéaste Manoël de Oliveira avec une rétrospective de son oeuvre et la première, en sa présence, de son dernier film « A Divina Comédia ».

Le Prix Littéraire Europalia des Communautés Européennes fut décerné à Vergilio FERREIRA.

Top

1989 Japon

Sous le Haut Patronage de Leurs Majestés L’Empereur du Japon et le Roi des Belges.

589 événements : 38 expositions, 114 concerts, opéras et ballets, 49 représentations théâtrales, 21 conférences-débats, 367 films - et a été suivi par 1.659.048 visiteurs et spectateurs.

Parmi les expositions les plus importantes citons « L’Homme et son Image », « L’Art Bouddhique », « Les Estampes Japonaises », « Art Namban », « Yamaguchi & Saito » et « Tokyo Project ». Le programme musical présentait un éventail d’ensembles traditionnels les plus représentatifs du Japon. La musique contemporaine fut représentée par plusieurs créations mondiales d’oeuvres de Ichiyanagi et Miyoshi. Avec six compagnies théâtrales et cinq ensembles de Butô, Europalia 89 Japon a présenté un éventail complet des formes théâtrales japonaises, traditionnelles et actuelles.

Le Prix Littéraire Europalia des Communautés Européennes fut décerné à OE Kenzaburo.

Top

1987 Österreich

Sous le Haut Patronage de la République d’Autriche et du Royaume de Belgique.

521 événements : 37 expositions, 242 concerts, opéras et ballets, 182 représentations théâtrales, 26 conférences-débats, 34 films et a été suivi par 1.673.919 visiteurs et spectateurs.

Les expositions, « Les Trésors de la Toison d’Or », « Marguerite d’Autriche » et « Charles de Lorraine » ont illustré d’une façon particulièrement vivante les affinités qui existent entre l’Autriche et la Belgique. Les exposition « Gustav Klimt », « Egon Schiele » et « Oskar Kokoschka » furent également de grands succès publics.

Malgré l’absence de l’Opéra d’Etat de Vienne, les ensembles musicaux autrichiens, le Wiener Philharmoniker, le Wiener Symphoniker, les ensembles de musique de chambre, etc. ont ravi et enthousiasmé un large public dans toutes les villes du pays.

Le Prix Littéraire Europalia des Communautés Européennes fut décerné à Ilse AICHINGER.

Top

1985 Espana

Sous le Haut Patronage de Leurs Majestés le Roi et la Reine d’Espagne et le Roi et la Reine des Belges.

741 événements : 32 expositions, 142 concerts, opéras et ballets, 201 représentations théâtrales, 21 conférences-débats, 345 films et a été suivi par 1.509.215 visiteurs et spectateurs.

Parmi les expositions, il faut citer « Splendeurs d’Espagne et les villes belges », « Santiago de Compostela », « Picasso, Miro et Dali », « Goya », etc. En musique il y a eu huit créations mondiales, dont deux étaient des commandes d’Europalia : « Viatges i Flors », un oratorio de Luis de Pablo et une pièce chorale pour choeur et cuivres de Salvador Brotons. Deux événements méritent d’être relevés : la création mondiale « Espana Baila », danses et chants des différentes régions d’Espagne et un vaste programme d’échange de jeunes qui permit de faire se rencontrer en Belgique, puis en Espagne, 1000 jeunes Espagnols et 1000 jeunes Belges.

Le Prix Littéraire Europalia offert par les Communautés Européennes fut décerné à Juan GOYTISOLO.

Top

1982 Grèce

Sous le Haut Patronage de Monsieur le Président de la République Hellénique et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

524 événements : 32 expositions, 26 concerts, 293 représentations théâtrales, 16 conférences-débats, 157 films et a été suivi par 756.630 visiteurs et spectateurs.

Ce festival fut le plus important consacré à la Grèce en dehors de ses frontières, et celui qui rendit le mieux compte de la diversité du phénomène grec, qu’on limite trop souvent à la seule antiquité.

Parmi les expositions, deux s’adressaient à un très large public : « Hommes et Dieux de la Grèce antique » et « Splendeurs de Byzance », qui rassembla les meilleurs pièces de collections et musées d’Europe. La musique grecque fut présente sous toutes ces formes : chant byzantin, chanson populaire, musique contemporaine. On put également voir les théâtres les plus importants de Grèce dans des pièces du répertoire antique et contemporain.

Le Prix Littéraire Europalia fut décerné à Antonis SAMARAKIS.

Top

1980 Belgique

Sous le Haut Patronage de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

1050 événements : 21 expositions, 59 concerts, 638 représentations théâtrales, 47 conférences-débats, 285 films et courts métrages- et a été suivi par 1.148.352 visiteurs et spectateurs.

Le Festival a été dédié à la Belgique pour célébrer le 150ème anniversaire de son indépendance.

Le festival belge fut centré sur deux axes : le programme européen, présenté en hommage à la Belgique par les huit pays de la Communauté européenne, et le programme national, qui valorisa le patrimoine culturel national.

Plusieurs expositions du programme national eurent un écho international, parmi lesquelles « Bruegel, une dynastie de peintres », « Vies de Femmes 1830-1980 », « L’Art Nouveau en Belgique », « Saint-Benoit », etc. Le programme musical fut consacré essentiellement à la production et à la création belge. Le Festival du théâtre belge montra une cinquantaine de spectacles, parmi lesquels nombre de créations, qui permirent au public de se faire une idée complète du travail des compagnies belges de langues française et néerlandaise.

Le Prix Littéraire Europalia pour la langue française fut décerné à Suzanne LILAR, pour la langue néerlandaise à Ward RUYSLINCK.

Top

1977 Allemagne

Sous le Haut Patronage du Président de la République fédérale d’Allemagne et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

378 événements : 49 expositions, 99 concerts, opéras et ballets, 113 représentations théâtrales, 11 conférences-débats, 106 films - et a été suivi par 833.633 visiteurs et spectateurs. 

L’un des « clous » de la manifestation fut sans conteste l’exposition « Albert Dürer aux Pays-Bas : son voyage 1520-1521, son influence ». La musique fut représentée de façon éclatante : l’Orchestre Philharmonique de Berlin, dirigé par Herbert von Karajan, le Staats-und Domchor de Berlin, et bien d’autres. Autre manifestation d’importance : le premier Grand Prix Littéraire Europalia fut décerné à Peter HUCHEL.

Top

1975 France

Sous le Haut Patronage de Monsieur le Président de la République Française et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

600 événements : 29 expositions, 135 concerts, opéras et ballets, 250 représentations théâtrales, 62 conférences-débats-rencontres, 124 films - et a été suivi par 442.857 visiteurs et spectateurs.

On vit se succéder des événements théâtraux comme la venue à Bruxelles de la Comédie Française, du Théâtre National Populaire, des concerts exceptionnels, des expositions variées et inédites telles que « De Watteau à David », « Les Nabis », « La Gravure impressionniste », « Henri Matisse » et bien d’autres encore. La maquette du futur Centre Georges Pompidou fut révélée pour la première fois au public. 

Top

1973 Grande-Bretagne

Sous le Haut Patronage de Sa Majesté la Reine Elisabeth II et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

328 événements : 18 expositions, 74 concerts, opéras et ballets, 112 représentations théâtrales, 26 conférences-débats, 98 films - et a été suivi par 459.729 visiteurs et spectateurs.

Europalia 73 Grande-Bretagne fut l’occasion de présenter, pour la première fois « sur le continent », un panorama très complet de la culture britannique. La Grande-Bretagne délégua ses peintres, ses poètes, ses musiciens, ses cinéastes, son opéra et son théâtre, ses trésors artistiques, son humour et son « Tattoo ».

Mentionnons plus spécialement les expositions « Dessins de la Collection de sa Majesté la Reine Elisabeth II », « Trésors des Châteaux Britanniques », « De Henry Moore à Gilbert & George », « David Hockney » et la participation du London Philharmonic Orchestra et de l’Academy of St-Martin-in-de-Field.

Top

1971 Pays-Bas

Sous le Haut Patronage de Sa Majesté la Reine des Pays-Bas et Son Altesse Royale le Prince des Pays-Bas et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

124 événements : 16 expositions, 22 concerts et ballets, 19 représentations théâtrales, 11 conférences-débats, 56 films - et a été suivi par 337.600 visiteurs et spectateurs.

Parmi les expositions on remarquera « Rembrandt et son Temps », « La Miniature Hollandaise », « Prestige de la Faïence de Delft »,                                  « Le Stedelijk Museum » et « de Rembrandt à Van Gogh ». La musique brilla de tous ses feux avec le Residentie Orkest de la Haye, le Concertgebouworkest d’Amsterdam, mais aussi des groupes « pop » tels que Focus, Ekseption, etc. Toutes les tendances théâtrales furent représentées, des plus classiques au plus contemporaines. 

Top

1969 Italia

EUROPALIA 69 italia

Sous le patronage de Son Excellence Monsieur le Président de la République italienne et de Leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges.

283 événements : 9 expositions , 25 concerts, opéras et ballets, 44 représentations théâtrales, 19 conférences-débats, 186 films - et a été suivi par 183.834 visiteurs et spectateurs.  

L’Italie fut la première à accepter l’invitation. Europalia 69 Italie fut un succès : l’exposition des « fresques de Florence », présentée à Bruxelles avant Paris et Londres, accueillit un nombre considérable de visiteurs. Rappelons tout particulièrement la création mondiale d’une oeuvre de Luciano Berio, dirigée par le Maître, et la présence à Bruxelles de Luchino Visconti pour la grande première de son film « La Caduta Degli Dei » Les Damnés.

Top